Reprise Menant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reprise Menant

Message  Ninon le Mer 30 Nov - 19:08

LA RESTAURATION ET CHARLES X

Restauration est profondément réactionnaire. Le terme réaction a une histoire, il vient de la science. On le voit app en 1795 en Fce ac la chute de Robespierre. Radicalisation croissante de la rév frçse, des idées et des faits. En 1794 on guillotine Robespierre  mot réaction apparaît sous la plume de Benjamin Constant : la rév est allée trop loin ds sa dynamique révolutionnaire  retourner en 1789, aux fondements de la 1ère rév, celle des nobles.
Ampleur de cette réaction : on retourne en arrière, ms jusqu’où ?
La restauration est réac car elle veut réinstaurer ce qui peut être sauvé de l’AR. Louis XVIII et Charles X  réac sociale, pol, religieuse, et mm mentale (symboles).
Ms il n’est jms possible de revenir totalement en arrière  réaction limitée par les héritages de la rév.
Restauration qui prend les formes de l’AR, ms qui a consolidé les acquis révolutionnaires.
Pol qui se veut plus conservatrice que réac. Ce n’est qu’en 1830 que Charles X tente une pol profondément réac  il est renversé à ce moment-là.
- Conservateur = qui tend à maintenir l’ordre social existant, défenseur de l’ordre social et des valeurs traditionnelles.
- Réactionnaire = s’oppose à révolutionnaire. Qui va à l’encontre du progrès social et l’évolution des mœurs.
Cette restauration se retrouve ds tte l’Europe : it, esp, all. La Charte rappelle qu’il fallait renouer ac la chaîne des tps : mélanger l’ancien et le nv. Prendre cs q cette restauration a marqué une revanche pour ttes les victimes de la rév et de l’empire (noblesse clergé paysannerie). W de deuil pdt tte la restauration  fidélité au passé. Sentiment d’arrachement, et en mm tps d’acceptation de la perte.
Cette restauration est au final un échec, car elle est prisonnière de cette contradiction (conservatisme réac). On voit qu’elle a dps très mauvaise presse : maltraitée x les historiens, peu étudiée. Ms elle ne mérite pas ce traitement. C’est une époque confuse, mais où il y a une gde liberté d’opinion  pol moderne se fonde pdt la restau. Elle établit vmt le régime parlementaire, ms aussi le régime de liberté de la presse, et de la liberté d’opinion (ds certaines limites). Capacité d’innov, qui est la base du XIXe.
Le syst pol mis en place x la charte de 1814 fonctionne à travers 5 étapes de la restau :
- Moment des ultras, qui se disent plus royalistes que le roi  revenir radicalement à l’AR. Composés de nobles. Ils arrivent au pvr après la défaite de Waterloo le 18 juin 1815.
Louis XVIII voit vite que les ultras vont le mener à la cata. Or il veut mourir tranquillement. Il qualifie cette chambre d’introuvable. Il s’entoure de ministres modérés (Décazes + petit-fils de Richelieu + etc.). ça ne plaît pas à la chambre  dissol° de l’assemblée en sept 1816.
- Moment libéral : 1816-20. Nationaliser le roi et royaliser la nation. Réconcilier le principe monarchique et national. Le 13 fév 1820, duc de Berry assassiné, seul héritier de la famille (en ft sa femme était enceinte).
- 1820 : moment réac. Les conservateurs reviennent au pouvoir, ac Villèle (1821-Cool. Il devient ministre de Charles X. Il tente de revenir à l’AR.
- 1828 : Charles X lâche Villèle pour prendre l’avocat Martignac.
- 1829 : Charles X nomme Polignac, sorte de cp d’E. Très royaliste et réactionnaire. Pgm simple : revenir à l’AR.

Traditionalisme :
Philosophie du temps et famille traditionnelle.
Charles X au pouvoir : sacre à Reims. V Hugo est présent.
Eglise catho : restau contradictoire. Restau reconnaît trois cultes ms catho = religion d’E. Union du trône et de l’autel, qui se traduit par des missions où on demande aux frçs d’expier lrs péchés de l’empire et de la rév. Politique très imprégnée de religion. Loi sur le sacrilège en 1825 (lourdes peines pour les personnes ayant commis des actes considérés comme sacrilèges, comme le vol). Mais anticléricalisme de + en + fort, surtout ac le rétablissement de l’ordre des jésuites qui est très impopulaire, mm auprès des cathos.
Noblesse : dps rév, la moitié avait émigré. Entre 2k et 3k morts à la guillotine. Les émigrés reviennent et veulent rétablir lr situation. Certains se sont adapté à la nouveauté  gds proprios sont semblables à la bourgeoisie d’AR. D’autres, qui ont moins réussi lr reconversion, sont les ultras qui veulent rétablir l’AR. Villèle : « ils n’ont rien appris mais n’ont rien oublié non plus ». Villèle met en place le milliard des émigrés, qui doit +/- rembourser les terres qui ont été prises aux nobles. C’est délicat : ça fait 25 ans qu’ils sont partis.
Innov :
App d’une nvle classe : notables, qui ont une fortune foncière ou immobilière. On les confond svt ac les nobles. Ils deviennent les élites de la Fce, fondée sur la richesse et non sur la naissance.
Liberté d’opinion et de la presse : restau invente le pluralisme qui dvpe la liberté d’opinion. Deux partis sont qd mm interdits : républicains et bonapartistes (buveurs de sang). Au milieu, toutes les nuances sont possibles. C’est aussi le moment où apparaissent les gds journaux. Gazette de Fce (dte), Le journal des débats (centre), le siècle (gauche). Le minoritaire a la parole.
La restau veut réconcilier l’armée, ce qui n’est pas simple. Elle a repris le drapeau blanc. Als q l’armée aimait le tricolore. Il y a bcp d’officiers bonapartistes. Ttefs, la monarchie arrive à consolider une partie de l’armée. Elle effectue qlq expéditions en Grèce, en Esp, ou à Alger en 1830.

 C’est ce mélange d’innov et de traditions => contradictions de plus en plus fortes qui vont éclater en 1830. Fond de crise éco et sociale. Peuple mécontent. Essoufflement du régime. Ministres de Charles X qui n’ont plus la confiance des députés. C’est Royer-Collard (opp) qui annonce au Roi que le ministre (Polignac) n’a pas le concours de l’assemblée.


1830 EN EUROPE : LE TRIOMPHE DES IDEES LIBERALES ?

« Une nation n’a de caractère que lorsqu’elle est libre » Germaine de Staël.
 Fièvre libérale qui a une influence sur une grande partie de l’Europe, particulièrement en Fce au XIXe  essor de ttes les libertés, pas seulement pol, des dts civiq, ou encore des régimes d’assemblées, représentatives du peuple. Cet essor va secouer une gde partie de l’Europe vers 1830.
Cette volonté de libéralisme accompagne la plupart des mvts de protestations, qui sont parfois à l’origine de révolutions : Grèce, Fce, Bel, Pologne, Ang, certains E allds et it.

I/ L’AFFIRMATION DE L’IDEE LIBERALE
A) Le principe de nationalité
C’est le terreau de l’idée libérale  napo a créé sans le vouloir le libéralisme en Europe.
Courant centré sur l’idée nationale. Cet idéal se forge autour d’un idéal parlementaire et constitutionnel. Idées libérales se transposent ac manifs étudiants, philo, courants artistiques (comme le romantisme).
Dc il y a une juxtaposition des questions libérales et des questions nationales précises  extension du suffrage + critique des inégalités = fondements du libéralisme.
Le pvr doit être basé sur une constitution, et la nation doit être représentée x un parlement légitimé x le vote.
B) Courant fédérateur de différentes factions pol
Mvt libéraux issus de la rév se rallient autour de l’idée de défense des libertés pol, en particulier de la presse, de réunion, de conscience (religieuse entre autre), de suffrage. A ces mvts libéraux se joignent une partie des mondes cathos et protestants (fce all ang). Ex le plus frappant = convergences libérales qui a lieu entre libéraux laïcs, et catholiques ou protestants. C’est le cas en Belgiq, contre les Hollandais. On voit cette alliance de raison qui permet aux libéraux de compter sur le nombre  forme d’org partisane (se réunir, mm si on n’est pas un parti).
 Par la question nationale ou religieuse, les libéraux sont devenus un courant pol dominant, élargi, et de plus en plus diffusé en Europe.

II/ L’AFFIRMATION DES IDEES LIBERALES TROUVE SA CONSECRATION DANS LES MOUVEMENTS DE 1830
A) Le pgm libéral est le point central de ts les mvts de 1830.
L’idée libérale est l’âme de tous ces mvts. L’idée libérale permet à ces mvts de passer à l’action à travers tte l’Europe.
« Tous les mouvements, insurrections, révolutions, coups de force et premières campagnes électorales, se retrouvent en 1830 autour du programme libéral », Nicolas Roussellier, L'Europe des libéraux.
Manif la plus spectaculaire = trois glorieuses en Fce (27-8-9 juillet) ; ou insurrection nationale puis révolte en Belgique (août septembre 1830). Puis Pologne (29 nov 1830) séparée entre Russie Autriche et E prussiens. Et x certains aspects, la rév grecque.
Ces mvts => autres mvts en Europe : E it sous dom° du pape. Série de coups de force ds les E allds cme le Brunswick, la Saxe ou la Hesse. Jusqu’en 1831. Cantons suisses : mouvements. En GB aussi pour réforme électorale.
B) Aboutissement de ces révoltes
L’opinion libérale triomphe. Dans l’aire d’influence des gds E libéraux, ang et Fce, les principes libéraux et nationaux l’emportent. On observe une application du pgm libéral ds les domaines parlementaires et constitutionnels.
En Allemagne, extension du constitutionnalisme, ac constitution en Saxe (1831), ds le Hanovre (1833), la Hesse-Cassel, où la constitution prévoit une chambre unique et le Dt d’initiative.
En Ang c’est l’avènement des whigs, et vote définitif de la loi électorale 1832, qui double le corps électoral.
Fce : monarchie de juillet = parlementaire.
Péninsule ibérique, Fce et Ang font triompher des principes constitutionnels et imposent des gvts libéraux.
La question nationale reste l’enjeu de ces révoltes.
Bel : cathos + libéraux => séparation d’avec la hollande.
En Suisse, outre l’extension du constitutionnalisme libéral en 1830-1, il faut noter une recherche d’une plus gde solidarité nationale et non pas seulement cantonale  contre le cantonalisme.
Il faut pas oublier que ces révoltes subissent des échecs az relatifs. Répression victorieuse là où dominent les monarchies réac : Europe centrale et orientale.

III/ CE MOUVEMENT LIBERAL PORTE EN GERME DES DIVERGENCES QUI FRAGILISENT SON UNITE
A) Question religieuse
Limite de l’alliance entre laïcs / cathos, protestants. Anticléricalisme croissant d’un côté, retour à l’ordre moral de l’autre.
Fragilité latente du courant libéral européen.
Pape Grégoire XVI  rejet du libéralisme pol en 1832.
B) Question des libertés
Dès lrs premiers succès, les libéraux sont confrontés à une exigence des libertés  on en veut tjs plus, comme le suffrage en Fce. Autoritarisme des régimes en All  répression  déceptions  opp démocrates et radicales.
 Dvpt de l’activisme radical.

Ninon

Messages : 18
Date d'inscription : 09/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum